avril 2010

Sucette Biscuit

Ce projet, c’est un peu comme un puzzle dont les pièces se sont assemblées au fur et à mesure.

Il y a eu tout d’abord la technique…au hasard de mes divagations sur la blogosphère culinaire, je suis tombée sur ce site. Ce devait être vers noël, car il présentait des biscuits « vitraux » plutôt décoratifs et dont la technique avait retenu mon attention.

Il y eu ensuite une réflexion sur les bonbons et les sucettes en particulier. Je ne suis pas « très bonbon »mais cette sucrerie un rien régressive a toujours eu mes faveurs. Ce que je préfère d’ailleurs c’est les croquer et sentir le sucre parfumé céder sous la dent, mon côté gourmande impatiente peut être…

Et puis je me disais qu’après tout, quitte à basculer vraiment dans la gourmandise, pourquoi ne pas créer une sucette qui se mange en entier, y compris le bâton – ah, recyclage quand tu nous tiens !

Et là me revient cette technique remisée dans un coin de ma tête.

comme souvent dans des projets de design culinaire,

ça commence  par un peu de bricolage…

Ainsi est donc née la sucette que se croquait comme un biscuit…



Savoir accepter (tous) les commentaires

Par définition, le blog est un espace de partage, de discussions et d’échanges, il faut savoir jouer le jeu.

Sur ce principe, j’accepte tous les commentaires, mais je mentirais en affirmant que la critique ne m’atteint pas.

Je ne vais pas m’en cacher, il y a une part importante d’affect et de narcissisme dans la création : quand on aime ce que je fais, ça signifie qu’on m’aime, et quand on n’aime pas…C’est probablement une vison un peu binaire mais j’en suis pleinement consciente.

Cela dit, se faire passer la brosse à luire ou s’auto-satisfaire n’est pas, à mon sens, vecteur d’émulation à long terme. Et si la critique est constructive et justifiée, elle peut, au contraire « décoller la pulpe » et nous sortit d’une certaine torpeur…Continuez à donner votre avis, quel qu’il soit et je continuerai à alimenter ce blog de propositions, plus ou moins réussies !

En parlant de critique, je vous invite à aller faire un tour sur le site So Food, So Good. Il fait la part belle au design culinaire et à la gastronomie de Paris à Marseille…

Tournedos Végétaux

Il y a des idées qui viennent comme ça, sans avoir besoin de se torturer l’esprit…ça change et ça fait du bien !

Comme un clin d’oeil à Alain Passard (qui aime cuisiner un légume comme une viande), ces curieux tournedos végétaux ont vu le jour…On les dévorerachauds, snackés en surface, la chair un rien crue à l’intérieur.


Tournedos de carottes, bardé au blanc de poireau

Tournedos de céléris , bardé à la carotte

Endives d’avril

J’ai la chance d’avoir un papa qui jardine, et quand je dis « qui jardine », il faut imaginer un champs plutôt qu’un jardin…De ce champs, il récolte une quantité astronomique de légumes dont il fait profiter ses filles toute l’année. En ce mois d’avril commençant, les dernières endives ont pointé le bout de leurs nez dans l’obscurité de la cave familiale, si bien que je me retrouve dimanche soir avec 5 kilos de ces beaux spécimens, perdus parmi les poireaux, carottes, pommes et autres céleris raves… Voyant ma mine dubitative face à cette montagne de légumes, il me lance, avant de s’en retourner dans son soissonnais natal, « oh…tu feras des endives au jambon ! »….TILT ! merci papa :o)

Intercaler les ingrédients souligne le graphisme naturel du légume et conserve son aspect d’origine


…cela permet également d’avoir un peu des trois saveurs à chaque bouché et de contenir la béchamel, qui à tendance à glisser de part et d’autre d’une endive un peu trop ventrue.