23 novembre 2009

Soupe Miso réconfortante

On a tous sa petite madeleine de Proust, moi j’en ai plusieurs mais il y  a entre autre la soupe Miso : une gorgée de ce délicieux breuvage à la saveur umami, et je suis ailleurs, perdue entre Tokyo et Osaka…parenthèse d’évasion à portée de lèvres…Seulement, pour que le charme opère, j’ai dû passer par la case épicerie spécialisée et quelques conseils éclairés d’amies asiatiques.

La base de cette soupe est un bouillon dashi  (composé de bonite séchée, d’algue konbu, et de champignons shiitaké séchés) et de pâte miso.

Difficile pour une non initiée de réaliser soi même son dashi (les flocons de bonite séchée ne courent, hélas , pas les rues ) mais on trouve ce bouillon soluble dans les épicerie asiatiques. J’ utilise un sachet pour environ 1 litre d’eau.

 

Pour la pâte miso, j’ai suivie les conseils de mes amies et choisi un miso blanc (ou « miso shiro ») d’une couleur brun clair au goût moins prononcé que le miso rouge. Cette pâte très parfumée me sert aussi de liant et d’assaisonnement lorsque je confectionne des farces ou des boulettes de viande. Une fois ouverte, elle se conserve 1 an au réfrigérateur. Une bonne cuillère à soupe suffit à parfumer votre bouillon, mais il faudra la délayer longuement, la pâte miso est en effet assez compacte.

 

 

 

 

 

 

A partir de cette base, j’ajoute selon mes envies et le contenu de mon frigo : champignons finement émincés, crevettes, petits poulpes, dès de tofu, ciboule ciselée, algue wakamé…