02 mars 2010

Dans la peau d’une « designer culinaire intermittente »

Après des mois d’errance sur les chemins escarpés du design culinaire, je finis par me ranger et retrouve la voix de la sagesse : Un poste fixe et à temps plein qui paradoxalement me rend plus disponible pour la création. Quand on n’a plus à s’angoisser pour savoir de quoi demain sera fait, on devient étrangement plus détendue. Et comme bien souvent le travail appelle le travail, les idées fusent, les propositions se succèdent, les journées deviennent longues, les nuits et les week end trop courts mais peu importe.


J’endosse ainsi un statut un peu particulier qu’on pourrait qualifier de « designer culinaire intermittente ». Pour l’instant cela me permet de m’adonner à ma pratique créativefavoritetout en ayant une activité professionnelle motivante (conditions de travail rêvées, collègues sympas, production appréciée…).

Retour sur une journée de tournage pour la tablette interactive QOOQ, dans la peau d’une « designer culinaire intermittente ».



Contactée par la société de production la veille de signer mon tant attendu contrat de travail, il a fallut aménager une petite journée de tournage dans mon emploi du temps, me déclarer en tant que travailleur indépendant, choisir 4 recettes accessibles et me faire à l’idée de passer devant les caméras, moi qui est tant de mal à me voir sautiller sur place en papillonnant des yeux…


Arrivée au studio, l’équipe de tournage parvient rapidement à me mettre à l’aise et l’enregistrement des 4 recettes s’enchaine, tant et si bien qu’on fixe d’autres tournages pour les mois à venir. Reste juste à imaginer de nouvelles recettes à la fois axées design culinaire mais facile à réaliser, tout un programme !


Pour le moment sont dans la boite une versiongrand public  de mes chères « Tomates Gigognes », un pas à pas détaillé de la « Terrine aux Petits Arbres », une démo ludique des « Crêpes Vraiment Dentelle »

et enfin, ma petite revanche suite à mon dernier article, une recette à base de pain d’épices (spécial dédicace à l’industriel qui n’avait pas jugé bon de pousser plus loin les recherches et innovations à ce sujet) et toc !